Maman Nature



Mon Bébé Nature devient Maman Nature!

Davantage d'articles, des consultations personnalisées en naturopathie, fleurs de Bach, homéopathie etc. destinées aux bébés, enfants et mamans!

Maman Nature c'est aussi une toute nouvelle chaîne YouTube avec recettes naturelles, DIY, tutos et plein d'autres choses encore.

Rendez-vous sur www.mamannature.com


A très vite !

Mes remèdes naturels contre le RGO


Tous les bébés souffrent plus ou moins de RGO. Leur clapet n'ayant pas tout à fait terminé son développement a tendance à s'ouvrir souvent, faisant remonter l'acide gastrique vers la gorge et causant une sensation de brûlure. 

67% des nourrissons de 4 mois régurgitent au moins une fois par jour. La plupart du temps, le reflux est un phénomène physiologique normal qui disparait tout naturellement dès que bébé commence à s'asseoir par lui-même. Certains bébés cependant voient le contenu de leur estomac remonter dans l’oesophage systématiquement après leur repas ce qui est bien-sûr très inconfortable pour eux. Tous les symptômes de RGO disparaissent généralement définitivement entre 9 et 12 mois. 

Les bébés RGO souffrent d'un paradoxe très injuste. S'ils tètent, ils se sentent mieux sur le moment. Le fait de téter les relaxe et leur permet de se sentir mieux et le lait tamponnent l'acidité gastrique de leur estomac. Mais dans un second temps manger leur cause des souffrances et les fait régurgiter. C'est un cercle vicieux.

La bonne nouvelle est qu'il existe plein de solutions pour aider bébé à se sentir mieux en attendant que la position assise mette un terme définitif au vilain reflux.

Comment savoir si mon bébé souffre de RGO? 

  • Bébé régurgite et vomit souvent
  • Bébé dort mal
  • Bébé pleure souvent et semble inconsolable
  • Bébé est agité et semble inconfortable pendant la tétée
  • Bébé se cambre en arrière après la tétée
  • Bébé déteste être couché sur le dos
  • Bébé à beaucoup de gaz ou des selles mousseuses
  • Bébé a souvent le hoquet et à "mauvaise" haleine
  • Bébé a du mal a prendre du poids 
Il arrive que bébé souffre de RGO sans pour autant régurgiter tout le temps. Une amie me racontais que son bébé semblait constamment mal à l'aise. Il avait toujours le visage rouge et le corps tout raide. Il détestait plier ses jambes ou ses bras et se "tendait" sans arrêt. Parce qu'il ne régurgitait jamais, sa maman ne s'est pas doutée du problème de reflux. Il avait le hoquet et beaucoup de gaz, c'est tout.

J'ai eu la chance d'avoir trois enfants qui n'ont jamais souffert de reflux. Je connais cependant bien les symptômes du RGO et surtout le sentiment d'impuissance des mamans face à ce trouble.

Comment soulager mon bébé RGO?

1. Testez l'ostéopathie crânienne! 
Certains bébés souffrent de RGO à cause les conditions de leur venue au monde. Un accouchement long, difficile ou encore très médicalisé peut entraîner une certaine tension souvent responsable de pleurs inexpliqués.

L’estomac de bébé est relié à son crâne par les nerfs pneumogastriques. Si ceux-ci sont comprimés, il se peut que la communication entre le crâne est la sphère digestive ne se fasse plus de manière optimale. Un travail crânien est donc essentiel afin de rétablir un échange de "bonnes" informations entre le crâne et l'estomac de bébé. L’ostéopathie permet de libérer le crâne et de relâcher les tensions de la sphère digestives afin de favoriser la digestion et réduire les symptômes de reflux.

Choisissez un ostéopathe  de confiance - le bouche à oreilles ne ment généralement pas - spécialisé dans la manipulation douce des nouveaux nés. Rappelez vous que l'ostéopathie doit être douce et agréable pour bébé. Tentez de prendre rendez-vous entre le moment du repas et la sieste au moment ou bébé est éveillé et de bonne humeur. 
2 - Soutenez la digestion de bébé grâce au massage
Le massage du ventre permet de soulager les bébés RGO ou à coliques de manière très efficace. Installez-vous dans une pièce calme et suffisamment chauffée, à distance des repas. Positionnez bébé tout nu sur une serviette de toilette bien douillette au milieu de votre lit ou sur un tapis épais et retirez vos bijoux.

Utilisez une huile végétale adaptée aux touts petits comme l'huile de massage pour le ventre Weleda ou tout simplement une huile d'olive ou de coco biologique. Les massage consiste à effectuer de petits cercles tout autour du ventre de bébé en alternant avec quelques flexions des jambes sur le thorax permettant d'éliminer les gaz et de stimuler la digestion. Prélevez un peu d'huile et frottez vos mains pour les réchauffer.

Commencez par placer votre index près du nombril de bébé et effectuez de petits mouvements circulaires tout autour du nombril dans el sens des aiguilles d'une montre. Ajoutez votre majeur puis le reste de vos doigts pour terminer avec des cercles plus amples avec toute la paume de votre main. Puis, posez votre main à plat sur le ventre et effectuez une petite pression - très légère!
Tracez ensuite avec votre index et votre majeur toute la ligne intestinale de bébé en commençant par masser le colon descendant, puis transverse-descendant, puis ascendant-transverse-descendant comme indiqué ci-dessous. 
Effectuez ensuite avec votre index et votre majeur des petits "pas" en arrière en allant du côté gauche vers le côté droit et en suivant une ligne deux doigts au dessus du nombril de bébé.
Pour finir, ramenez ensemble les deux pieds de bébé et repliez ses jambes vers son thorax en rapprochant ses orteils de son nez. 
Certains bébés RGO ne supportent pas ce massage et d'autres au contraire adorent ça et se sentent bien mieux après. N'hésitez pas à tester en restant très à l'écoute des signes de votre bébé. 
3. Adoptez l'écharpe de portage
Ce que les bébés RGO aiment le plus au monde, c'est la position verticale. Après le repas tout particulièrement, ils ont besoin de davantage de temps que les autres pour faire leur petit rot correctement et faire "descendre" tout ça sans que ça remonte. Le portage peut alors se révéler un outil précieux, tant pour maman qui peut se libérer les mains et se préparer enfin à manger que pour bébé qui se sent tout de suite apaisé par la position verticale et la chaleur corporelle de sa maman. Beaucoup de bébés que j'ai suivi en consultation ne se sentaient bien qu'en écharpe et voulaient être portés 24h sur 24!

Si tel est le cas de votre bébé, n'hésitez pas à lui offrir ce réconfort et faites tourner entre papa, mamie, tata, la voisine etc. pour éviter de vous faire mal au dis. En effet, si tous les noeuds verticaux fonctionnent bien avec les bébés RGO, il se peut que vous deviez adapter légèrement votre noeud afin de mettre bébé le plus à l'aise possible.  A cause de sa sensation de brûlure constante dans la gorge, bébé n'aime généralement pas se sentir contenu au niveau du haut du corps et cherche à préserver la mobilité à partir des épaules. Chez les bébés chez qui le reflux est associé à une inflammation des intestins, la compression au niveau du ventre est aussi très désagréable. Vous voulez alors maintenir bébé contre vous et vertical, mais en lui laissant de l'espace pour éviter qu'il ne se recroqueville. 
Voici comment adapter votre portage à un bébé RGO:
  • Ne serrez pas autant que tissu qu'à la normale. Laissez un peu de mou au niveau de l'ourlet supérieur de l'écharpe (on doit pouvoir passer 2 doigt facilement entre le dos du bébé et le tissu).
  • Ne faites pas monter le tissu jusqu'aux oreilles comme on le recommande généralement mais seulement jusqu'aux épaules. 
  • Même si les écharpes tissées sont généralement préférables, il se peut que votre bébé RGO se sente plus à l'aise dans une écharpe plus élastique. 
  • N'essayez pas d'obtenir un résultat parfait comme sur les photos des magazines. Votre bébé n'aura peut-être pas la position la plus physiologique du monde avec les genoux relevés et la cambrure du bassin platinium, mais vous aurez réussi à le soulager et ça, c'est déjà beaucoup! 
Eviter aussi de laisser bébé trop longtemps dans les transats et « maxi-cosis » qui le forcent à se recroqueviller sur lui-même. Dans le même esprit, prenez soin de ne pas trop serrer les couches afin d'éviter de compresser son petit abdomen. A savoir, les couches qui se ferment sous le nombril seront plus confortables pour bébé RGO.
4 - Faites de l'allaitement votre allié 
Les bébés allaitais souffrent beaucoup moins souvent de RGO et les symptômes s'il y en a sont amoindris, tout simplement parce que le lait humain se digère beaucoup plus rapidement et facilement que le lait maternisé. Plus le lait passe de temps dans l'estomac et plus le risque de reflux est important. La vidange gastrique est plus rapide chez l'enfant allaité car le pH de l'estomac après tétée au sein reste bas.  
Revoyez votre alimentation
Il se peut que votre alimentation soit ce qui pose problème à bébé. Procédez en éliminant un aliment potentiellement problématique pendant une semaine puis passez à un autre si vous ne voyez pas d'amélioration. Généralement après l'arrêt de l'aliment coupable, vous devriez voir une amélioration très nette en seulement quelques jours sauf pour les produits laitiers pour lesquels vous devrez persister pendant deux semaines pour voir une possible amélioration. Sia près trois ou quatre jours (ou deux semaines pour les produits laitiers), vous ne voyez pas de différence, passez à l'aliment suivant. 
Commencez pas le café, puis le chocolat (aïe!), les produits laitiers, les épices et les agrumes.

Si aucun des ces aliments ne semble être à la source du reflux, essayez d'ôter de vos menus les aliments suivant, moins communs mais tout aussi problématiques chez certains bébés: soja, cacahuètes, oeufs, tomates.
Une fois que vous aurez trouvé l'aliment causant ces soucis de digestion à votre bébé et l'aurez éliminé, prenez soin de le remplacer par un autre aliment similaires d'un point de vue nutritionnel afin de ne pas vous exposer aux carences. N'hésitez pas à me consulter pour une consultation naturopathique personnalisée pour vous et votre bébé si vous en ressentez le besoin.

Une petite astuce:
La consommation par la maman d'enzymes digestives permet souvent de soulager bébé. Il existe de nombreux complexes d'enzymes et certains d'entre eux stipulent être sans danger pendant l'allaitement. Toutefois je vous recommanderais plutôt de consommer plutôt des aliments riches en enzymes digestives soit beaucoup de fruits et légumes crus d'origine biologique tout particulièrement les papayes très riches en enzymes digestives et ô combien bénéfiques pour les mamans allaitantes.  
Faites téter bébé à la verticale
Certains positions d'allaitement permettent à bébé d'avoir la tête plus haut placée que le tronc. Vous pouvez aussi allaitez en écharpe et laisser bébé à la verticale pendant au moine 30 minutes après la tétée. N'hésitez pas à interrompre une tétée pour faire roter bébé surtout si vous sentez qu'il commence à gigoter de manière inconfortable. Faites une petite pause rototo puis re-tentez. 
Les petites bulles d'air dans l'estomac de votre bébé sont les ennemis à abattre. Si vous avez beaucoup de lait, bébé risque de s'en prendre plein la face à chaque tétée et d'avoir du mal à suivre. Il s'étouffe devant cette cascade de lait qui lui arrive dans le gosier et ne parvient pas à tout avaler à temps. Le fait d'augmenter la fréquence des tétées permet au lait de ne pas sortir en mode fusée et à bébé d'avaler moins d'air et d'avoir l'estomac moins rempli après son petit repas. Préférez les petites tétées fréquentes d'un seul sein aux gros festins de deux seins toutes les 4h. 
5. Elevez bébé pendant son sommeil 
Les recommandations actuelles sont très claires. Bébé doit dormir à plat dans son lit et sur le dos. Certes. Concrètement pour une maman n'ayant pas dormi depuis des semaines et un bébé au gosier acide, il peut être intéressant de tester une autre position de sommeil. A la grande surprise générale, je vous conseille vivement d'investir dans un transat vertical étudié pour accueillir bébé pendant ses temps d'éveil et de sommeil comme le My Little Sweetie de Fisher Price! Croyez-moi, je n'ai pas d'actions chez eux mais le design de ce transat a permis à bien des parents de récupérer quelques heures de sommeil ! Pour la nuit, vous pouvez acheter un inclinateur de matelas qui permettra a bébé de rester légèrement surélevé pendant son sommeil. 
Notez les heures de repas et de sommeil de votre bébé afin de pouvoir déterminer des tendances et le soulager en fonction. Vous remarquerez peut-être que bébé régurgite systématiquement 30 minutes après avoir mangé, ou encore qu'il dort mieux en suivant un rythme sieste-repas-jeu.  
6. Changez de lait maternisé
Si vous n'avez pas fait le choix d'allaiter votre bébé, pas de panique! Il existe de bons laits maternisés qui correspondent certainement mieux à votre bébé RGO que le lait infantile du supermarché. 
Plus de 40% des bébés souffrant de RGO présentent aussi une allergie à la caséine - la protéine présente dans le lait de vache. Je recommande aux bébés RGO un lait de jument, qui est le plus proche du lait maternel au niveau de sa composition, ou encore un lait de brebis.  Renseignez-vous aussi sur les laits végétaux et demandez conseil dans votre magasin bio. Il existe un lait 1er âge 100% végétal chez Bébé Mandorle qui a l'avantage d'être sans produits laitiers, sans gluten, sans soja et sans huile de palme.
Bien évidemment demandez conseil à votre médecin homéopathe ou a votre naturopathe avant de changer l'alimentation de votre bébé. 
7. Adoptez les probiotiques
Les probiotiques seront essentiels à l'amélioration des soucis digestifs de bébé. Tout commence dans l'intestin et la qualité du microbiote de bébé, celui dont il a hérité de vous à sa naissance. La prise de probiotiques permet de refaire la population bactérienne au niveau de l'intestin et de renforcer les défenses immunitaires de bébé tout en aidant considérablement sa digestion. Une cure de "bonnes" bactéries permettra aussi de préparer le système digestif de bébé à la diversification alimentaire et réduira le risque d'allergies.  
8. Testez le sel de Schussler 
Cette méthode permet de bloquer le passage à contre-sens du contenu gastrique à la cause des reflux. Le remède Nat Phos est un vrai miracle pour beaucoup de mamans l'ayant testé. Il s'agit d'un sel biochimique anti-acide que notre organisme produit afin de faciliter notre digestion, il peut manquer chez les bébés. Vous pouvez écraser le comprimé en poudre et l'appliquer sur le mamelon si vous allaitez ou encore le diluer dans l'eau du biberon. Ne donnez jamais de comprimé directement dans la bouche de bébé.
9 - Traitez bébé en homéopathie
L'homéopathie est souveraine pour les bébés RGO, pour peu que vous trouviez le bon remède! L'idéal reste de consulter un homéopathe mais voici quelques recommandations qui pourront soulager bébé en attendant. Quelque soit le remède choisi,vous donnerez à bébé une dose de 15ch puis une dose de 30ch à 10 jours d’intervalle en diluant les granules dans de l'eau et en les donnant à bébé au biberon. 
Si votre accouchement à été très médicalisé, bébé pourra bénéficier de ASA FOETIDA. Il travaille sur l’inversion des mouvements péristaltiques de l’œsophage.
Si vous avez fumé pendant la grossesse ou s'il y a des fumeurs dans l'entourage de bébé, donnez LOBELIA INFLATA. 
Si vous vivez en ville ou dans un environnement assez pollué, donnez CARBONEUM SULFURATUM.
Si vous avez souffert de malaises après votre accouchement, donnez à bébé MURIATICUM ACIDUM.
Si bébé à tendance à la diarrhée et est fin et sensible, donnez PHOSPHORUS.
Pour les nourrissons qui tètent tout le temps et vomissent beaucoup, donnez AETHUSA CYNAPIUM. Ces bébés souffrent d'un trop plein de lait, ils sont "gavés". A noter: ils sont souvent allergiques aux protéines de lait de vache. 
J'espère que ces quelques solutions vous aideront à soulager votre petit bébé, n'hésitez pas à partager vos astuces en commentaires! 

Un microbiote au top pour mon bébé en 5 étapes



Vous avez peut être déjà entendu dire que notre ventre est notre deuxième cerveau. Nous avons découvert il a quelques années que notre ventre contient en effet deux cents millions de neurones qui non seulement nous aident à bien digérer mais communiquent de manière très subtile avec notre cerveau. Notre intestin abrite une colonie de cent mille milliards de bactéries qui constituent notre flore intestinale ou microbiote. Celle-ci est constituée de petits habitants qui colonisent notre intestin le jour de notre naissance en se calquant sur celle de notre mère. Voila pourquoi notre flore intestinale est personnelle et unique pouvant nous identifier avec autant de précision que la carte de notre génome.
La qualité de notre microbiote est directement liée à notre santé physique et mentale. Presque tous les maux trouvent leur source dans une flore intestinale déséquilibrée. Allergies, dermites, asthme, maladies auto-immunes, troubles neurovégétatifs etc. se développent lorsque notre microbiote se déséquilibre, c’est-à-dire quand les mauvaises bactéries prennent le pas sur les bonnes.
Nous savons maintenant que notre cerveau entérique – celui du ventre – produit 95 % de notre sérotonine, essentielle à notre équilibre émotionnel. Nous connaissions jusqu’à présent le psychosomatique qui traduit nos émotions en “maux” et signes physiques. Nous découvrons maintenant le somatopsychique – l’état de notre microbiote joue bien un rôle sur notre humeur, notre personnalité, notre manière de penser, mais aussi de la façon dont nous apprenons.
Offrir à son enfant un microbiote au top, c’est un cadeau inestimable qu’il gardera toute sa vie. Je vous propose donc mes 5 conseils à mettre en place dès le début de votre grossesse pour assurer à votre bébé une flore intestinale en béton. 


1) Faire le plein de probiotiques enceinte 


Les probiotiques consommés par maman pendant la grossesse et l’allaitement passent par le sang et le lait pour se retrouver dans les intestins de bébé. N’hésitez donc pas à vous supplémenter en probiotiques quotidiennement. Choisissez bien votre marque et prenez en tous les matins à jeun après avoir bu un grand verre d’eau tiède pour éliminer l’acidité gastrique.
Consommez aussi tous les jours des aliments probiotiques pendant votre grossesse et tant que vous allaitez. Fabriquez vos propres légumes lacto-fermentés et ajoutez les à vos salades, soupes ou servez les en accompagnement de vos plats préférés. Lancez-vous dans la confection de kéfir de lait et/ou de kéfir de fruits. Evitez le kombutcha qui serait trop détoxifiant pour vous. Ajoutez du miso de riz à vos sauces et dans votre riz et testez la délicieuse soupe de miso! Vous pouvez aussi tester le tempeh qui vous permettra de remplacer de temps en temps la viande par un apport protéique végétal tout en construisant votre flore intestinale. 

2) Accoucher le plus naturellement possible



Dans la mesure du possible, essayez d’offrir à votre bébé une venue au monde la plus naturelle possible. L’accouchement parfait devrait être spontané (pas déclenché), pas voie basse (sans césarienne) et la moins médicalisée possible (sans péridurale ni autre médicaments). Bien-sûr, on fait ce qu’on peut et la péridurale est un outil extraordinaire pour certaines, mais il est possible de vivre un accouchement sans “anti-douleurs” grâce à des méthodes de préparation naturelles.
Tout de suite après sa naissance, le bébé devrait être mis en peau à peau avec sa maman. Au lieu d’envelopper bébé dans une petite couverture, enveloppez maman ET bébé dans une grande couverture. Evitez d’utiliser les couvertures de l’hôpital qui, même sil elles sont évidemment lavées, contiennent tout de même des germes étrangers. Amenez une de vos couverture que vous aurez lavée avec des noix de lavage.
Pendant sa première heure de vie, bébé ne doit surtout pas être enlevé des bras de sa maman. Idéalement, il faudrait qu’il ne soit pas touché par des personnes autres que faisant partie de la famille proche (papa, maman et frères et soeurs). Essayez de réduire au maximum les interférences. Vous allez me dire, il faut bien que le médecin sorte mon bébé de là! Mais il est tout à fait possible d’accoucher sans “intervention” extérieure tout en gardant le personnel soignant à portée de main au cas ou.
Des que bébé se sentira prêt, il pourra commencer à téter et ce pour aussi longtemps qu’il en a envie. Si on laisse bébé câliner sa maman tranquillement après sa naissance, il est très probable qu’il “rampe” jusqu’au sein – moment incroyablement magique. Tout cela se passe pendant que bébé est toujours attaché au placenta. Le cordon ne devrait être coupé que lorsqu’il cesse de battre.
Il est évident que l’accouchement  ne se déroule pas toujours comme prévu et si vous n’êtes pas en mesure de suivre ces conseils, pas de problème! Faites de votre mieux et surtout préparez scrupuleusement votre projet de naissance que vous pourrez partager avec le personnel de l’hôpital avant le jour J.
Si la césarienne est inévitable, bébé devra pratiquer le peau à peau avec son papa et avec ses grands frères et soeurs s’il en a. Il est heureusement possible de mettre un bébé né par césarienne en contact avec la flore bienfaisante de sa mère. Maria Dominguez-Bello, professeure de l’Université de New York a conduit une étude impliquant 18 enfants dont 7 sont nés par voie basse et 11 par césarienne. 4 enfants parmi les 11 ont été exposés au microbiote de leur mère immédiatement après leur naissance via des bandes de gazes ayant préalablement incubé dans le vagin de la maman.  Les analyses ont montré par la suite que la flore bactérienne des 4 bébés césarienne ayant bénéficié de ce protocole ressemblait de près à celle des bébés nés par vois basse!Le foetus ne possède pas de flore intestinale. Il n’en à pas besoin car il ne risque pas d’être “attaqué” par des germes pathogène provenant du monde extérieur. Il est protégé par le ventre de sa maman. Le méconium présent dans son intestin le rend imperméable aux microbes.  C’est au moment de l’accouchement par voie basse que bébé reçoit sa première inoculation bactérienne – les bifido-bacterium – par contact avec le vagin de sa mère .Ce “lot” de bactéries venant alors coloniser son petit intestin tout neuf est appelé “flore bleue”. Chacun possède sa propre “flore bleue” dont la qualité est directement liée au microbiote de notre maman au moment de sa grossesse et de son accouchement. Elle est personnelle est unique et nous suit toute notre vie car même si l’on modifie son microbiote au cours de notre vie, la flore bleue aura laissé sa marque. La flore intestinale de bébé va se construire en fonction de son environnement. Les personnes qui toucheront bébé et prendront soin de lui pendant ses premières semaines de vie vont influencer la colonisation de sa paroi intestinale. Limitez autant que possible les visites, vous n’en aurez de toute façon certainement pas envie après votre accouchement. Seuls les membres de la famille et amis très proches devraient être autorisés à pénétrer dans votre bulle pendant les premières semaines de vie de votre bébé.

3) Ne pas laver bébé au savon 



Bébé ne doit pas être lavé après sa naissance! La plupart des pays d’Europe ont depuis bien longtemps abandonné cette habitude qui affecte l’immunité future de bébé. Après avoir tété et câliné maman, bébé devrait être essuyé et habillé bien douillettement – c’est tout.
Après quelques semaines et si vous en ressentez l’envie, vous pourrez donner son premier bain à bébé en le lavant avec une huile biologique mais surtout pas de savon! Celui-ci détruirait les gentilles bactéries en train de coloniser son petit organisme pour son plus grand bien.
Laisser le vernix sur la peau de bébé pendant aussi longtemps que possible et massez le avec. Le vernix apparaît au cours du cinquième mois de grossesse pour protéger le bébé du liquide amniotique, il le rend plus ou moins imperméable. Sans lui, la peau de bébé serait toute fripée comme la peau de nos doigts après avoir pris un long bain. Le vernix possède des propriétés hydratantes, anti-infectieuses, anti-oxydantes, cicatrisantes et imperméabilisantes.
Le vernix est généralement absorbé assez rapidement. Les huiles naturelles présentes sur la peau  de bébé devraient être protégées et non pas lavées. 

4) Allaiter souvent et longtemps 



Allaiter tôt et souvent L’allaitement joue un rôle absolument essentiel dans les développement d’un microbiote optimal. Saviez-vous que le lait maternel contient des probiotiques?! Votre lait est parfaitement adapté et personnalisé et permet au système immunitaire et à la flore de votre bébé de mûrir et de se développer graduellement et en fonction de ses besoins.
Allaitez bébé dès sa naissance et aussi souvent que possible pendant les premiers jours pour stimuler la montée de lait. Si vous ne souhaitez pas ou ne pouvez pas allaiter, choisissez un lait maternisé qui contient des probiotiques ou ajoutez une poudre probiotique pour nourrissons dans les biberons. J’aime bien les produits Lactibiane ou Probioplex.
Beaucoup de parents décident d’ajouter de la farine de riz fortifiée en fer au biberon de bébé pour le faire “tenir” plus longtemps et pour augmenter son temps de sommeil. Cela peut paraitre logique sachant qu’à partir de 6 mois, les bébés auraient besoin de plus de fer que ce qui est présent dans le lait maternel. Cependant, n’oublions pas que la nature est bien faite et qu’il existe une explication à tout. La plupart des bactéries pathogènes ont besoin de fer pour survivre et il apparaît que le manque de fer arrivant naturellement vers 6 mois soit un moyen naturel de protéger les intestins de bébé au moment ou son alimentation commence à être diversifiée.
Chez le bébé allaité, ce sont les bactéries Bifidobacterium qui s’installent en premier créant ainsi un environnement favorable aux autres types qui suivront. Chez certains nouveau-nés, on retrouve aussi des Bacteroides. On retrouve aussi quelques Staphylococcus et Streptococcus. Cette population bactérienne se diversifie de manière optimale chez un bébé allaité le laissant prêt à “gérer” sa propre flore intestinale au moment du sevrage. Il semblerait en effet que le lait maternel favorise la croissance ordonnée de colonies bactériennes dans l’intestin, s’abritant derrière un biofilm protecteur.
Si l’on compare in vitro la croissance des bactéries constituant notre flore intestinale dans deux milieux différents – l’un composé de lait de vache en poudre, l’autre de lait maternel – on observe au bout de quelques minutes que les bactéries évoluant dans le lait maternel développent un comportement solidaire et altruiste, s’agglomérant et étendant leur biofilm. Ce biofilm permettra de protéger la communauté des pathogènes, infections ou antibiotiques.
Les bactéries évoluant dans la lait de vache grandissent aussi mais de manière plus solitaire et égoïste ne leur permettant pas de construire de biofilm et s’exposant donc fortement aux aggressions extérieures. On comprend alors très bien le rôle de l’allaitement sur l’immunité d’un enfant. 

5) Bien penser l’introduction des solides 



Les aliments ne devrait jamais être introduits avant l’âge de 6 mois ou même plus tard chez certains enfants. Les aliments à ce moment là ont pour but d’éveiller bébé à de nouveaux goûts et à des textures amusantes et non pas à le nourrir. Le lait doit rester son aliment de base pendant toute sa première année de vie.
Chaque nouvel aliment devrait être ajouté progressivement en complétant avec du lait maternel (ou lait maternisé avec probiotiques). En matière de diversification alimentaire, il existe plusieurs “écoles”. Vous connaissez peut-être le régime GAPS qui permet de développer une flore intestinale idéale.
Selon la personnalité de votre bébé et votre approche parentale, vous pouvez proposer à bébé sa nourriture au biberon ou à la cuillère (en lui donnant toujours une seconde cuillère pour qu’il puisse apprendre à manger en jouant) ou encore le laisser explorer avec ses mains et mettre à la bouche ce qui le tente comme le suggèrent les principes de la Diversification Menée par l’Enfant. Je partage ici mon Expérience avec la DME.

La diversification selon le protocole GAPS peut sembler un peu étrange lorsqu’on est habitué aux recommandations du carnet de santé qui en diffère un peu. Le bouillon de viande par exemple étonne beaucoup de parents. Il représente pourtant une parfaite première nourriture. Le bouillon de viande est généralement recommandé aux personnes souffrant de perméabilité intestinale car il permet de sceller et de cicatriser celle-ci de manière très efficace.
Les bébés ont naturellement une paroi intestinale poreuse ce qui permet aux anticorps et aux enzymes bénéfiques du lait maternel de passer facilement dans la circulation sanguine de bébé. Au moment d’introduire de nouveaux aliments, l’intestin doit refermer ses pores afin que les particules provenant des aliments et les éléments pathogènes ne pénètrent pas dans le milieu intérieur. La composition du bouillon de viande permet d’apporter de la gélatine, des acides aminés, des minéraux bio-disponibles etc. Il permet de préparer le tube digestif de bébé aux aliments tout en étant une transition douce pour lui de part son aspect liquide.
Si vous observez une réaction (diarrhée, constipation, eczéma etc.), faites quelques pas en arrière et ralentissez la diversification, il n’y a pas le feu!

1ère semaine
On commencera par du bouillon de viande ou de poisson mijoté par vos soins additionné de yaourt probiotique fait maison. Bébé pourra consommer son petit bouillon au biberon s’il l’accepte ou encore à la tasse, puis prendre une tétée par la suite. On recommande de commencer par une cuillerée à café de bouillon et une demi-cuillerée à café de yogourt maison à prendre avant chaque tétée. On augmentera la quantité que lorsque bébé sera à l’aise avec cette nourriture et l’acceptera avec plaisir.
Entre les repas, on proposera à bébé quelques cuillères à café de jus de légumes fraîchement pressés (ex: carotte, laitue, céleri – attention, les légumes doivent impérativement être d’origine biologique) que l’on mélangera avec un peau d’eau de source (ex: Rosée de la Reine ou Mont Roucous). Investissez dans un bon extracteur de jus qui servira our toute la famille et consommez vos jus immédiatement après extraction.

2ème semaine
On continuera à proposer à bébé les aliments de la 1ère semaine tout en y ajoutant des purées de légumes cuits dans le bouillon de viande. Evitez les légumes riches en amidon (pommes de terre, patates douces, yams ou panais) et privilégiez plutôt les carottes, la courge, le potiron, le poireau, les oignons, l’ail, le brocoli et les courgettes. Les bébés ne produisent généralement pas assez d’amylase, l’enzyme permettant de digérer correctement les amidons. C’est la raison pour laquelle il n’est pas conseillé de donner des céréales (pain, pâtes, pain, riz etc.) à son bébé au risque d’irriter dès le début son système digestif. Sans suffisamment d’amylase, ces aliments restent bloqués dans les intestins et se décomposent ce qui peut entrainer des allergies et maladies auto-immunes.
Veillez à bien éplucher tous vos légumes et à enlever les pépins. Une fois vos légumes bien cuits dans le bouillon, écrasez les ou mixez les avec une cuillerée à café d’huile de coco ou d’huile d’olive ou encore une cuillerée à café de ghee fait maison ou de beurre biologique cru. Vous pouvez varier les plaisirs mais assurez vous que bébé consomme suffisamment de matières grasses. Ajoutez enfin une cuillerée à café de yogourt biologique fait maison et proposez cette purée à bébé à raison de 2 cuillerées à café au début.

3ème semaine
On poursuit avec le bouillon, les jus et la purée en ajoutant cette fois un peu de poulet biologique préférablement fermier bouilli et mixé dans les purées. N’hésitez pas à choisir des morceaux bien gras.
Essayez par la suite d’autres viandes préférablement celles issues de la cuisson de vos bouillons car elles seront bien cuites et gélatineuses. Si bébé à très faim, augmentez la quantité de yaourt maison avec 1 ou 2 cuillerées à café par repas.
Introduisez une cuillère à café d’avocat biologique et bien mûr et écrasé dans les purées. Augmentez les quantités si bébé aime ça. Introduisez enfin du chou dans vos jus de légumes et augmentez en les quantités.

4ème semaine
Tout en continuant sur votre lancée, introduisez dans vos purées un quart de jaune d’oeuf cru. Attention, celui-ci doit impérativement être biologique et préférablement bio-dynamique. Si bébé supporte bien l’oeuf, augmentez les quantités jusqu’à ajouter un jaune entier dans chaque bol de purée.

5ème semaine
C’est le moment de passer aux fruits! Préparez pour bébé une compte de pomme maison avec un peu d’huile de coco et proposez-en quelques cuillères à café au goûter. 

6ème semaine
Augmentez la consommation de graisses (beurre cru, ghee maison, huile biologiques) et passez à 3 cuillères à café de yaourt maison par repas.  

7ème semaine
Proposez maintenant à bébé deux jaunes d’oeuf par jour dans ses purées et augmentez sa consommation de viandes longuement bouillies. Vous pouvez à ce moment la arrêter le lait maternisé et remplacer par des biberons d’eau de source mélangés avec le yaourt maison. Si vous allaitez, continuez!

8ème semaine
Introduisez progressivement la purée d’oléagineux (amande ou noisettes). Vous pourrez en ajouter un peu dans la compote de pomme par exemple ou confectioner des galettes. Mélangez un peu de courgette ou de courge avec un oeuf et un peu de purée d’amande et faites cuire dans du ghee. proposez une petite galette à chaque déjeuner. Ajoutez enfin un peu de pomme crue à vos jus de légumes dont vous augmenterez aussi la consommation.

9ème semaine
Ajoutez à vos purées quelques légumes crus mixés au robot comme la laitue et le concombre pelé. Commencez par de très petites quantités. Si ces légumes sont bien tolérés, augmentez les quantités et ajoutez carotte, céleri, chou etc. Introduisez maintenant dans les purées un peu de jus de légumes lacto-fermentés que vous aurez préparé à la maison. Une cuillère à café par jour au départ puis une à chaque repas.

10ème semaine
Faites les test de proposer à bébé un peu d’oeuf brouillé, mais pas trop, additionné de beurre cru que vous servirez avec de l’avocat et des légumes bouillis. Proposez aussi de la pomme crue râpée et de la banane bien mûre (au cas ou vous posiez la question, oui, la banane contient de l’amidon – mais elle contient aussi de l’amylase!). Ecrasez la banane et laissez bébé se “servir” en trempouillant ses mains dedans et les mettant à la bouche. Veillez à ne jamais proposer de fruits pendant mais toujours en dehors des repas pour une meilleure digestion. Introduisez du fromage blanc maison puis un peu de lait cru une fois ce dernier bien introduit et toléré.
Une fois cette 10ème semaine terminée, continuez à augmenter les quantités en étant à l’écoute de votre bébé et de ses besoins. Allaitez si vous le pouvez pendant toute sa première année de vie et au delà si cela vous chante!
En suivant ces 5 étapes comme vous le pouvez, vous assurerez à votre petit loup un microbiote superstar qui le protégera et le rendra invinciiiiiiible! 

Gingembre-coco confit: recette naturelle contre les nausées



Le gingembre fait partie de mes remèdes naturels préféré. Contre les nausées de grossesse, le mal des transports ou toute autre gêne du même genre, il fait des merveilles! Il peut être ajouté râpé dans les repas salés, soupes, curries, salades etc. mais aussi consommé sous forme de tisanes. J'adore cette recette de gingembre confit à la noix de coco au petit goût exotique bien sympathique. Ces petites lamelles sucrées peuvent être consommées en en-cas ou encore plongées dans un grand bol de thé vert bien chaud. huuuum. 


Le feng shui pour que mon enfant dorme mieux


Je suis toujours à l'affut de méthodes et astuces naturelles pour aider mes enfants à dormir le mieux possible et le plus longtemps possible. C'est extrêmement important pour eux d'avoir leur quota de sommeil et encore plus important pour nous d'avoir notre temps de recharge pendant que les petits loups sont au dodo! J'aime beaucoup organiser notre maison en tenant compte des règles de base du feng shui qui permet de faire circuler l'énergie, appelée Qi, de manière optimale. Comme nous avons déménagé récemment, j'ai décidé de me pencher plus sérieusement sur la question du feng shui dans une chambre d'enfant. Cette science ancienne et très souvent méconnue peut vraiment faire la différence et permettre à votre enfant de se sentir bien dans sa chambre, d'avoir envie d'y passer du temps à jouer et surtout d'y dormir!

Mal des transports: Mes remèdes naturels pour soulager votre enfant.


"Mamaaaaaan j'ai mal au coeeeeur". Le mal des transports est un trouble bénin mais très désagréable pour les enfants plus enclins à souffrir de nausées en voiture que les adultes. La raison pour laquelle les enfants souffrent plus souvent des voyages en voiture que les parents est toute simple. Le cerveau de l'enfant encore en construction ne sait plus trop ou il en est et ne parvient pas à faire la part des choses entre sa perception visuelle - l'intérieur de la voiture que perçoivent les yeux, et la sensation de déplacement que subit l'organisme perçue par l'oreille interne. 

Terrain vs. Microbe: quelle est la cause de la maladie?


Le grand méchant microbe

La théorie du microbe se base sur une croyance selon laquelle les microbes seraient la cause majeure de la maladie. Certes, notre mode de vie (alimentation, exercice etc.) aurait son petit rôle à jouer, mais le grand, le méchant, le vilain responsable resterait à 90% le microbe. Ce fameux microbe serait capable de se reproduire, et de se transporter d'un corps à l'autre pour "refiler" la maladie aux copains - comme les poux! La maladie devient alors très injuste, elle arrive par l'extérieur sans crier gare et peut "tomber" sur n'importe qui à n'importe quel moment. On "attrape" un rhume, une gastro, une grippe, ayant été en contact avec le fameux virus.


Contact

Nom

E-mail *

Message *